Contenu principal

Comment aider le personnel de santé à faire face aux traumatismes liés à la COVID-19

La pandémie de la COVID-19 mettra à travers le monde de nombreux travailleurs de la santé dans une situation sans précédent. Comment le personnel de santé peut-il faire face aux difficultés pendant cette période ? Voici quelques suggestions.

Merci aux membres du comité scientifique consultatif Carmen McLean et Katy Kamkar pour la création de cet article.

Le personnel de santé sera probablement exposé à de nombreux événements potentiellement traumatisants entraînant une détresse et une souffrance morale importantes. En tant que travailleurs de première ligne, ils sont directement exposés au virus. Le risque de tomber malade et de devoir être mis en quarantaine ou hospitalisé, voire de mourir, est omniprésent. Un nombre important de travailleurs de la santé ont déjà perdu de nombreux patients ainsi que des collègues à cause de la COVID-19. L’augmentation spectaculaire des cas a submergé les systèmes de santé et les hôpitaux s’efforcent d’obtenir les ressources nécessaires pour répondre aux besoins.

En conséquence, le personnel peut être contraint de prendre des décisions difficiles sur la façon d’allouer les ressources limitées à leurs patients. Toutes ces expériences potentiellement traumatisantes se produisent dans un contexte de pressions extrêmes, notamment la peur de transmettre le virus à des êtres chers, une possible séparation de leur famille, un épuisement mental et physique et un accès limité aux équipements de protection individuelle ainsi qu’aux fournitures médicales nécessaires.

Trouble de stress post-traumatique (TSPT)

Le risque de contracter une maladie potentiellement mortelle (ou de la transmettre à ses proches) ainsi qu’être témoin de la souffrance et de la mort, sont des événements potentiellement traumatisants qui augmentent le risque de troubles psychologiques, y compris le trouble de stress post-traumatique (TSPT).

Le TSPT est caractérisé par quatre types de symptômes :

  1. Revivre le traumatisme à cause de souvenirs pénibles et intrusifs du traumatisme, des flashbacks et des cauchemars
  2. Éviter des lieux, des personnes et des activités qui rappellent le traumatisme
  3. Pensées et émotions négatives associées au traumatisme, comme se voir soi-même, les autres ou le monde d’une manière systématiquement négative (par exemple, « je suis un échec », « les gens te laisseront tomber en cas de besoin », ou « le monde est extrêmement dangereux »), des émotions négatives persistantes telles que le chagrin, la tristesse ou la colère, ou la difficulté à éprouver des émotions positives telles que le bonheur ou la joie; se sentir émotionnellement distant des autres (c.-à-d., engourdissement émotionnel); et manque d’intérêt pour les activités
  4. Sensibilité accrue, y compris difficulté à dormir et à se concentrer, être constamment à l’affût des signes de danger (c.-à-d., hypervigilant) et être facilement irrité et en colère

Cliquez ici pour plus d’informations sur le TSPT.

Autres problèmes de santé mentale

En plus du TSPT, les événements potentiellement traumatisants que les travailleurs de la santé pourraient rencontrer pendant la pandémie de COVID-19 risqueraient d’entraîner dépression et anxiété, ainsi que d’autres problèmes de santé mentale importants, y compris la fatigue de compassion, les blessures morales, le deuil traumatique et l’épuisement professionnel (burnout).

  • La fatigue de compassion survient lorsque vous êtes dans un état extrême de tension et de préoccupation face à la douleur émotionnelle ou physique de ceux que vous essayez d’aider.
  • La blessuremorale fait référence à la détresse psychologique résultant d’actions prises ou non qui violent le code moral ou éthique d’une personne. Les blessures morales ont été principalement décrites chez le personnel militaire et chez les premiers intervenants, mais ont également été documentées chez le personnel médical. Les expériences causant une blessure morale sont : de se sentir abandonner à devoir travailler avec des ressources insuffisantes, devoir choisir quels patients recevront les ressources vitales ou devoir suivre des procédures cliniques qui vont à l’encontre des directives éthiques. Elles sont également associées à des problèmes de santé mentale, y compris TSPT.
  • Le deuil traumatique est un type de deuil qui accable et ne diminue pas avec le temps. Celui-ci est plus probable lorsqu’une perte est soudaine ou traumatisante, comme cela peut être le cas avec les décès liés au COVID-19, ou lorsque la personne en deuil n’a pas les capacités d’adaptation ou le soutien social nécessaires.
  • Le burnout survient lorsque vous vous sentez épuisé émotionnellement, psychologiquement ou physiquement; il peut y avoir un cynisme et un détachement croissants; ainsi qu’un sentiment d’inefficacité.

La nature prolongée et récurrente des traumatismes liés au COVID-19 peut augmenter le risque de problèmes de santé mentale ultérieurs. Même les travailleurs de la santé les plus expérimentés et les plus résilients peuvent être submergés par la peur, l’isolement, le chagrin et la perte de vies à venir. Bien que tous les travailleurs de la santé ne développeront pas de problèmes de santé mentale, personne n’est invulnérable ou à l’abri, et certains membres du personnel de santé auront des difficultés, possiblement pendant une période prolongée. Notre personnel de première ligne doit être soutenu maintenant. Le but des recommandations ci-dessous est de promouvoir la santé mentale et la résilience et de réduire le risque de problèmes de santé psychologique.

Stratégies d'adaptation pour les travailleurs de la santé :  

  • Sachez que vos réactions, pensées et sentiments sont normaux.Vous pourriez vous sentir impuissant à tel point que quoi que vous fassiez, rien ne changera, les choses resteront les mêmes. Vous pourriez vous sentir triste, déprimé, anxieux et coupable. Vous pourriez même vous sentir si impuissant qu’à certains moments vous vous demanderiez quelle différence vous faites, et pourriez ressentir le « syndrome de l’imposteur ». Vous pourriez ressentir le chagrin d’avoir perdu votre vie antérieure et vos routines passées, pleurer la perte de patients et avoir peur de contaminer votre famille. Il est très important de normaliser ce que vous ressentez, vos inquiétudes et vos pensées. Vous n’êtes pas seul à les avoir.
  • Demandez de l’aide.Dans la mesure du possible, parlez à votre famille et à vos amis de vos peurs et de vos inquiétudes. Permettez-vous de ne pas ramener votre travail à la maison afin de vous reposer et parlez de ce que vous ressentez et de ce que vous pensez.
  • Soyez conscients detoute pensée négative ou tendance à vous juger. Vous devrez prendre des décisions qui auront des conséquences sur la vie ou la mort. Vous devrez accepter et espérer que vous avez fait de votre mieux.
  • Intégrezdes soins personnels. Tout en apportant de l’empathie et des soins aux autres et en vous concentrant sur leurs besoins, assurez-vous de ne pas ignorer vos propres besoins et émotions. En fonction de vos périodes de travail et de vos tâches, essayez d’inclure des soins personnels quotidiens, comme vous assurer de manger des repas que vous aurez préparé à l’avance pour ne pas travailler à jeûn; restez hydraté; faites vos exercices quotidiens d’étirement et de respiration. Fixez-vous du temps pour vous quotidiennement, quel que soit la durée. Même 5 minutes plusieurs fois par jour peuvent faire une différence pour vous aider à recharger vos batteries entre vos périodes de travail.
  • Évitez les stratégies d’adaptation inutiles.L’abus de substances, la caféine ou l’alcool en excès doivent être évités.
  • Fixezdes limites.Limitez le temps passé à regarder les nouvelles et prévoyez du temps pour vous livrer à d’autres activités relaxantes et significatives. La limite que vous pourriez définir peut différer chaque jour en fonction de ce que vous ressentez et de votre niveau de tolérance.
  • Utilisez des techniques dereconnexion si vous vous sentez dépassé. Essayez de vous ancrer quotidiennement en utilisant vos sens (ce que vous voyez, entendez, touchez, sentez ou goûtez) pour être dans le moment présent.
  • Pratiquez l’auto-compassion.Soyez tolérant avec vous-même, soyez à l’écoute de vos pensées et de vos émotions sans les juger et adoptez une vision plus large en les mettant en perspective, en comprenant que vous êtes un être humain et que vous n’êtes pas parfait. Concentrez-vous sur les choses qui sont sous votre contrôle et essayez de remarquer et de célébrer les succès, petits et grands.
  • Demandez l’aide d’un professionnel si nécessaire.Si vous vous sentez dépassé et que vos symptômes augmentent avec le temps, vous vous sentez angoissé au point que votre fonctionnement quotidien est affecté et que vous avez des difficultés à fonctionner, alors parlez-en à un professionnel de la santé. Il est important que vous ne souffriez pas en silence. Les protecteurs ont besoin de leur propre protection. Consultez notre annuaire en ligne pour trouver de l’aide dans votre région.

Recommandations aux dirigeants du personnel de santé : 

  • Communiquez clairement et souvent.Fournissez des informations précises au personnel sur les efforts en cours pour les aider à travailler efficacement. Encouragez une communication ouverte et honnête, informez-les des éventuelles expériences traumatisantes auxquelles ils peuvent être confrontés et normalisez les réactions qu’ils peuvent ressentir afin qu’ils soient aussi préparés que possible à ce qui les attend.
  • Facilitezle soutien des pairs et la cohésion d’équipe. Se sentir soutenu et faire partie d’une équipe unie peut les prémunir contre les effets d’expériences stressantes ou traumatisantes. Envisagez de mettre en place un système d’enregistrement pour les pairs et les binômes superviseur-supervisé. Faites savoir à votre personnel qu’ils sont précieux et que vous êtes tous dans le même bateau. Créer un modèle de soutien peut avoir un impact important sur le comportement des autres.
  • Soutenezles soins personnels. Au milieu de la pandémie, toutes les mini pauses qui pourraient inclure des étirements et le fait de rester hydraté peuvent devenir encore plus importantes. Ceci est primordial pour le personnel de tous niveaux.