Contenu principal

Parler aux enfants de la COVID-19

VOUS CHERCHEZ DES CONSEILS POUR EXPLIQUER LE COVID-19 AUX ENFANTS ? NOUS AVONS DES CONSEILS QUI PEUVENT VOUS AIDER.

Faire face à l’incertitude entourant la COVID-19 est un défi pour la plupart des adultes, et les enfants pourraient avoir encore plus de difficulté pendant la pandémie. L’isolement social, l’absence prolongée de l’école et l’incertitude quant à ce que tout cela signifie pour leurs amis et leur famille ne sont que quelques-unes des préoccupations que les jeunes enfants et les adolescents peuvent avoir en ce moment. Voici quelques éléments qui pourraient aider. Il est important, si vous êtes co-parent, que les deux parents soient d’accord avec ce que vous faites et dites à votre enfant, car des messages différents peuvent semer la confusion et possiblement rendre votre enfant plus inquiet

Gérer l'anxiété des parents

Il sera difficile d’aborder l’anxiété de votre enfant si vos propres craintes vous semblent incontrôlables. Il est facile pour les enfants d’oublier que vous pouvez avoir des craintes concernant vos propres parents, vos finances si vous ne pouvez pas travailler pendant cette période, ou simplement le stress d’être parent 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, car les enfants doivent rester à la maison. Parlez à vos amis, à votre famille ou à un professionnel de la santé mentale pendant cette période pour vous assurer que vous vous en sortez bien. Votre santé aussi est importante !

Entamez le dialogue, posez des questions, parlez-en

Malgré le flux constant de nouvelles et la surcharge d’informations, votre enfant peut être confus ou incertain de ce qui se passe réellement. Demandez-lui ce qu’il sait, quelles sont ses inquiétudes et ce qu’il veut savoir. N’ayez pas peur d’en parler et assurez-vous d’aborder tous les mythes qu’ils peuvent avoir sur la maladie. Les enfants peuvent avoir peur de revoir leurs camarades après la fin de la phase d’isolement social, alors faites-leur savoir que vous veillez sur eux et que les choses reviendront inévitablement à la normale. Il est normal de les rassurer un peu pendant cette période. N’ayez pas peur de dire à votre enfant que vous êtes aussi anxieux – normalisez ses inquiétudes en lui faisant comprendre qu’il est normal et sain de s’inquiéter un peu (cela nous protège !), mais que nous ne voulons jamais laisser l’inquiétude prendre le dessus et devenir inutile.

Les parents peuvent dire :

  • « En ce moment, aux nouvelles et tout autour de nous, on parle beaucoup de ce nouveau virus/des gens qui tombent malades, qu’as-tu entendu à ce sujet ? Y a-t-il quelque chose que tu voudrais savoir de plus ? »
  • « Je sais que nous écoutons beaucoup les nouvelles en ce moment et j’aimerais te parler de tes questions ou peut-être de quelque chose qui est difficile à comprendre ? »
  • « Maman/Papa/Fournisseur de soins n’a pas toutes les réponses pour le moment, mais parlons de ce que je sais. »
  • « Les médecins et les scientifiques étudient pour en savoir plus sur ce virus afin de nous aider à trouver le meilleur moyen de le combattre. Jusqu’à présent, nous savons que pour nous aider à le combattre, nous devons nous laver les mains après nous être mouché, avoir toussé, éternué, être allé aux toilettes, avant de manger ou lorsque nous rentrons à la maison après avoir été à l’extérieur. Nous devons les laver pendant au moins vingt secondes, alors imaginons ensemble une Chanson sur le lavage des mains (des versions pour enfants faciles à trouver sur YouTube/Google) pour nous aider à savoir combien de temps nous devons nous laver. »

Si vous travaillez dans une profession/un métier où vous êtes en contact direct avec des personnes touchées par la COVID-19, votre enfant peut avoir des questions et des préoccupations spécifiques concernant votre sécurité. Être ouvert, honnête et direct peut être efficace :

  • « Je sais que tu es inquiet que je tombe malade et c’est normal. Je suis d’accord que cela peut parfois être effrayant pour moi aussi, mais je veux que tu saches que je prends des précautions particulières pour rester en sécurité et nous garder tous en sécurité aussi. Je veux que tu saches que même si je tombe malade, cette grippe est surtout dangereuse pour les personnes âgées et les personnes dont le corps a du mal à lutter contre la grippe et d’autres germes, donc je ne me sentirai pas bien, mais ça ira. »

Pour les jeunes enfants :

  • « C’est une grippe grave qui rend certaines personnes très malades. La plupart des gens vont très bien même s’ils tombent malades, mais il est important de se laver les mains et de rester à la maison pendant que cette grippe se propage. »
  • « Même si nous ne sommes pas malades et que tes amis ne se sentent pas malades, il est important que nous travaillions ensemble pour empêcher cette grippe de se propager, ce qui signifie que nous ne pouvons pas voir nos amis en ce moment. Mais une fois que ce virus/cette grippe aura disparu, nous pourrons tous nous retrouver. »
  • Pour encourager votre enfant à se laver les mains, les parents peuvent en faire un jeu.
  • « Je sais que je te rappelle souvent de te laver les mains. Faisons de cela un jeu. Si je t’entends chanter notre “Chanson du lavage des mains” que nous avons répétée à chaque fois que tu te laves les mains, nous mettrons un autocollant sur ton tableau. Lorsque tu auras x autocollants, tu pourras choisir un prix. N’oublie pas que tu ne gagnes l’autocollant que si tu te laves les mains quand tu en as besoin; tu ne gagnes pas d’autocollant pour un lavage supplémentaire quand tu n’as pas besoin de te laver. Peux-tu me rappeler à nouveau quand il faut se laver les mains ? »
  • « Une autre chose que les médecins disent, c’est que nous devons être plus éloignés des gens que nous en avons l’habitude, c’est pourquoi nous n’avons pas pu voir grand-maman et grand-papa autant. Alors, appelons-les par vidéo pour voir comment ils vont. » – Suite à l’appel par vidéo, vous pouvez dire : « Tu vois? Madame Inquiétude avait-elle raison ou tort – grand-maman/grand-papa/etc. va/vont très bien ! Cette Madame Inquiétude ADORE nous inquiéter plus qu’il ne faut, n’est-ce pas ? »
  • Pour les jeunes enfants, vous pouvez leur montrer l’espace dont nous avons besoin entre les gens en leur faisant tendre les bras et pivoter pour créer leur « bulle d’espace ». Et utilisez des mots comme « Ne soyez pas un envahisseur d’espace ».
  • « Les scientifiques en apprennent encore sur ce virus afin que nous puissions trouver d’autres moyens de le combattre. Même si je n’ai pas toutes les réponses pour l’instant, maman/papa/fournisseur de soins te fera savoir quand j’en saurai plus. »

Expliquez-le dans leurs mots

Il y a tant de phrases qui prêtent à confusion – virus, « distanciation sociale », quarantaine, maladie contagieuse, etc. Il peut être facile de surestimer la capacité verbale d’un enfant, alors commencez par l’expliquer en utilisant les termes les plus simples possibles. Aidez à mettre les choses en perspective, en particulier pour les jeunes enfants. Les enfants peuvent s’inquiéter de leurs grands-parents ou de leurs camarades pendant cette période – essayez si possible de communiquer avec eux par vidéoconférence afin qu’ils puissent parler et voir de leurs propres yeux et oreilles que la plupart des gens vont très bien. L’anxiété nous fait prédire le pire et nous pouvons exposer les enfants à la vérité dans des moments comme celui-ci pour leur montrer que l’anxiété n’a pas toujours raison.

Utilisez ce qui fonctionne

Les stratégies qui fonctionnent pour les autres inquiétudes et l’anxiété fonctionnent aussi maintenant. Demandez à votre enfant d’utiliser ses capacités de pensée réaliste et de générer des alternatives aux pensées inquiètes comme « Que pourrait-il plutôt se passer ? » ou demandez-lui de trier ses inquiétudes en deux catégories : les inquiétudes utiles (qui nous aident à nous laver les mains et à rester en sécurité) et les inquiétudes inutiles (qui sont la cause de l’évitement de certaines choses ou de la simple réflexion sans action).

Faites savoir à votre enfant que l’anxiété est normale, et donner un nom à l’anxiété aide tout le monde à voir l’anxiété comme une chose distincte de l’enfant. Certains noms populaires sont « l’Inquiétude Intimidatrice », « Madame Inquiétude » ou « le Dragon de l’Inquiétude », ou tout autre nom qui a un sens et qui n’est pas effrayant pour votre jeune enfant peut être utilisé.

Les parents peuvent dire :

  • « Maman/Papa/Fournisseur de soins s’inquiète aussi de ce virus et il est normal de se sentir inquiet ou anxieux à propos de choses que nous ne comprenons pas parce qu’un peu d’inquiétude aide à nous protéger. Mais nous ne voulons pas que l’inquiétude devienne trop grande, car alors l’Inquiétude Intimidatrice pourrait prendre le dessus et nous ne pourrons plus profiter de la vie. »

Si vous remarquez que votre enfant s’inquiète trop, les parents peuvent dire/faire :

  • « N’écoutons pas trop les nouvelles, cela ne ferait qu’alimenter tes inquiétudes à propos de ce virus, peut-être qu’une ou deux fois par jour suffisent pour savoir ce qui se passe. »

Pour les jeunes enfants :

  • « Il semble que Madame Inquiétude essaie de te faire peur à propos du virus/de cette grippe grave, donnons-lui des ordres en faisant une liste des inquiétudes utiles et des inquiétudes qui ne le sont pas. »
  • « Ne pensons pas à ce qui pourrait arriver dans le futur maintenant et ne passons pas trop de temps à nous concentrer sur le Dragon de l’Inquiétude. Allons faire un casse-tête ensemble (ou une autre activité dans le présent). »
  • « On dirait que Madame Inquiétude essaie de te dire à nouveau ce qui va se passer à l’avenir. Nous ne pouvons pas connaître l’avenir, mais ce que nous pouvons faire, c’est nous assurer que nous faisons tout ce que les scientifiques et les médecins nous disent de faire pour être en sécurité, comme nous laver les mains, rester à la maison et essayer de ne pas toucher notre visage. »
  • « Il est important que nous nous souvenions tous que cela ne durera pas éternellement et que nous pourrons à nouveau voir et jouer avec nos amis – nous ne pouvons pas faire cela maintenant, mais quand les médecins nous diront que c’est sécuritaire, nous pourrons à nouveau faire toutes ces choses amusantes. »

Faites-en un jeu

  • « Organisons un concours et voyons qui peut le moins toucher son visage. Celui qui gagnera recevra un prix. Les parents regarderont pour voir si quelqu’un touche son visage et si je repère quelqu’un qui touche son visage, nous ajoutons un point à son score. Chaque jour, nous comptons nos points et celui qui a le score le plus bas ce jour-là reçoit une petite récompense. Celui qui aura le score le plus bas à la fin de la semaine pourra choisir le film que nous allons écouter vendredi soir (ou d’autres choix comme ce qu’il y a pour le souper ce soir-là, un dessert préféré, etc.). »
  • Pour les enfants plus jeunes, il peut être utile d’inclure des supports visuels. Par exemple, les parents peuvent installer un bocal et chaque fois que quelqu’un touche son visage dans la famille (y compris les parents), ils doivent mettre (une pièce de dix cents/une pièce de 25 cents) dans le bocal et celui qui touche le moins son visage gagne l’argent dans le bocal à la fin de la journée. Des boutons, des billes, des jetons de poker ou même des bonbons peuvent être utilisés pour remplir le bocal selon ce qui plaît à votre enfant.

Restez actif

On ne peut pas s’attendre à ce que les enfants comprennent ou même soient d’accord ou heureux de rester à la maison et de ne pas voir leurs amis. Expliquez-leur que vous n’êtes pas heureux non plus, mais que vous travaillez ensemble sur ce point. Prenez une pause des nouvelles et des réseaux sociaux et prenez ce temps pour jouer avec vos enfants et contribuer à construire une relation parent-enfant encore meilleure pendant cette période.

Avec les fermetures d’écoles, essayez de mettre en place de nouvelles routines et une certaine prévisibilité pour aider les enfants à s’adapter aux changements dans leur vie. Les enfants ont toujours besoin de cohérence, de plaisir et d’attention, même au milieu de toute cette anxiété et incertitude.

Les parents peuvent dire :

  • « Je sais que c’est difficile pour toi de ne pas pouvoir voir tes amis ou aller quelque part. C’est difficile pour moi aussi, mes amis et mes activités me manquent. Concentrons-nous sur ce que nous pouvons faire maintenant. Nous pouvons (p. ex., pratiquer ces problèmes de maths, faire la lessive ensemble, mettre ces photos dans un album comme nous le voulions depuis si longtemps mais n’avons jamais eu le temps) ou aller faire quelque chose d’amusant.
  • Arrêtons d’écouter les nouvelles ou d’aller sur Instragram/Snapchat/Facetime et allons plutôt (jouer à un jeu ensemble, faire de la pâtisserie, en profiter pour rattraper notre série préférée, aller dehors et faire un bonhomme de neige, lancer une balle, etc.). »

Merci aux membres du comité scientifique Felicity Sapp et Daniel Chorney d’avoir créé cette ressource.