Contenu principal

Trouble d’accumulation compulsive

Le trouble d’accumulation compulsive est un nouveau trouble qui a été ajouté dans la plus récente édition du manuel diagnostique des cliniciens (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux [DSM-5]). L’accumulation compulsive était auparavant classée comme un sous-type du trouble obsessionnel-compulsif (TOC).
Bien qu’environ 30 % des gens atteints d’un TOC disent adopter des comportements d’accumulation compulsive1, moins de 20 % des gens souffrant d’un trouble d’accumulation compulsive ont un TOC2.

Si de plus en plus d’études portent sur les comportements d’accumulation compulsive chez les jeunes, la plupart des données proviennent d’études réalisées auprès d’adultes.
Par conséquent, l’information présentée dans cette section s’appuie grandement sur la documentation relative aux adultes.

Trois caractéristiques principales associées au trouble d’accumulation compulsive :

  1. Difficulté constante et importante à se départir de biens (c.-à-d. les jeter, les recycler, les vendre, etc.), peu importe leur valeur, et besoin irrépressible de conserver ou d’acquérir de nouveaux objets, souvent non essentiels, qui, lorsqu’il n’est pas comblé, provoque une détresse extrême.
    Les objets non essentiels comprennent les objets qui sont inutiles (p. ex. brisés), ainsi que ceux ayant peu de valeur (p. ex. 10 cailloux trouvés dans la rue, des devoirs datant d’années scolaires passées).
  2. Espace vital extrêmement encombré, au point de ne pas pouvoir être utilisé aux fins prévues.
  3. Altérations significatives dans les relations sociales, au travail et dans d’autres domaines importants de fonctionnement, comme en témoignent les facteurs suivants :
  • Altération de la santé physique
  • Absentéisme scolaire ou professionnel, réussite scolaire compromise
  • Isolement social
  • Détresse émotionnelle
  • Stress familial et difficultés relationnelles entre l’enfant et ses parents

Deux autres caractéristiques à prendre en compte :

  1. Le jeune se livre-t-il également à une acquisition excessive? (On estime actuellement que plus de 80 à 90 % des personnes présentant un trouble d’accumulation compulsive se livrent également à une acquisition excessive d’objets obtenus au moyen de collectes, d’achats et même de vols.)
  2. Le jeune est-il conscient que son comportement est problématique?

Faits

  • De 2 à 6 % des enfants et des adultes présentent un trouble d’accumulation compulsive au cours de leur vie. Les premiers symptômes se manifestent en moyenne entre la fin de l’enfance et le début de l’adolescence.
  • Il n’y a pas de différence entre les sexes.
    Il ne semble pas y avoir de différence entre les sexes pour ce qui est de la prévalence du trouble d’accumulation compulsive, mais il semble y avoir des différences sur le plan des problèmes concomitants.
  • L’accumulation compulsive est de nature héréditaire.
  • Dans environ 50 % des cas, l’apparition des premiers symptômes est précédée d’un stress ou d’un traumatisme chronique ou aigu.
  • Parmi les personnes atteintes d’un trouble d’accumulation compulsive, environ 70 % présentent aussi un trouble dépressif majeur, 25 % ont un trouble anxieux généralisé (TAG), environ 30 % souffrent d’anxiété sociale ou d’un TDAH de type inattentif et 20 % ont un trouble obsessionnel-compulsif (TOC).

Différence entre le consumérisme et l’accumulation compulsive

De nombreuses cultures du monde entier accordent de l’importance au consumérisme, et ce, bien souvent dès la petite enfance.
Rapidement, les enfants apprennent à montrer leurs préférences pour des articles particuliers, et peuvent dire quelles sont les tendances actuelles et pourquoi il est important de posséder la plus récente version. Ils se réjouissent de recevoir de nouveaux jouets et trouvent du réconfort dans des collections de toutes sortes.
Durant la période préscolaire, cela aide les enfants à acquérir les notions de catégorisation et d’appartenance, ainsi que d’autres concepts importants.
À mesure que les enfants vieillissent, les collections les aident à acquérir des habiletés développementales comme l’organisation et la résolution de problèmes, en plus de leur donner un sentiment de contrôle et de maîtrise de leurs possessions.
De plus, il est courant chez les enfants de développer un attachement émotionnel à l’égard d’objets et d’avoir de la difficulté à s’en départir lorsqu’ils n’en ont plus besoin.
Cependant, chez les jeunes atteints d’un trouble d’accumulation compulsive, tous ces facteurs sont accentués.
Ces jeunes ont de la difficulté à se réguler et ils ne se rendent pas compte que la quantité d’objets qu’ils possèdent ainsi que leur degré d’attachement sont problématiques.
Ils n’ont pas la capacité de faire le tri entre les objets utiles et les objets inutiles, ni de prédire lesquels seront nécessaires dans l’avenir.
Ils adoptent des comportements extrêmes lorsqu’on leur demande de se débarrasser d’un objet ou lorsqu’on les empêche d’acquérir un objet désiré.
Il ne s’agit pas d’une petite crise, mais de plusieurs grosses crises chaque fois qu’une limite est fixée.
La chambre de certains enfants peut ressembler à un bazar chaotique, dont les tiroirs, les placards et autres espaces sont pleins à craquer.
Et si ce n’est pas le cas, c’est grâce à l’intervention de désencombrement continue d’un adulte.
Le fait de collectionner des objets et d’avoir le désir d’en acquérir s’inscrit dans un continuum, et, de façon modérée, ce comportement peut être caractéristique de la culture et de la période de la vie (p. ex. vouloir ce que les autres enfants ont afin de pouvoir s’intégrer).
Chez les enfants, le trait caractéristique n’est pas nécessairement l’environnement encombré et invivable, car, souvent, les objets accumulés sont moins dispersés (p. ex. ils pourraient être rangés sous le lit).
C’est plutôt le nombre et la quantité d’objets acquis, ainsi que l’incidence négative sur le fonctionnement et la réaction émotive vis-à-vis des possessions.

SIGNES ET SYMPTÔMES

Pensées et croyances (Remarque : les très jeunes enfants peuvent être incapables de reconnaître des pensées précises) :

  • Cet objet pourrait être important ou utile l’année prochaine.
  • Cet objet me fait sentir en sécurité.
  • Papa dit que je ne dois pas gaspiller.
  • J’ai la responsabilité de m’assurer qu’il est utilisé, car aucun autre membre de ma famille ne l’utilisera.
  • Je ne peux pas faire d’erreurs.
  • J’y suis très attaché.
    Il fait partie de qui je suis.

Sensations physiques :

  • Besoin irrépressible ou sentiment d’être poussé ou propulsé vers l’avant
  • Tension musculaire
  • Épuisement et fatigue
  • Attachement à l’égard des possessions
  • Sensations fortes

Émotions :

  • Anxiété, inquiétude, peur
  • Vide et chagrin
  • Confusion
  • Excitation et anticipation
  • Plaisir et soulagement
  • Culpabilité et honte
  • Frustration et colère

Comportements :

  • Conserver ou acquérir des objets fonctionnels et non fonctionnels
    Notamment les objets suivants :

    • Serviettes en papier et tissus utilisés
    • Bouteilles ou contenants vides
    • Emballages de bonbon
    • Vieux magazines
    • Jouets désuets ou brisés
    • Vieux documents scolaires sans importance
    • Roches, feuilles et autres éléments de la nature
  • Rechercher de vieux objets égarés dans la maison en raison de l’encombrement et de la désorganisation
  • Avoir de la difficulté à se départir d’objets
  • Manquer de concentration et être inattentif
  • Difficulté à prendre des décisions

SITUATIONS ET CONSÉQUENCES COURANTES

  • Absentéisme scolaire
  • Espace de vie encombré, en particulier dans la chambre à coucher
  • Mauvaise organisation et difficulté à se concentrer
  • Difficultés relationnelles
  • Isolement social
  • Conflits familiaux

Incidence de l’accumulation compulsive sur l’enfant durant l’enfance et à l’adolescence

Ramasser et conserver des objets est une activité que la plupart des jeunes pratiquent et qui les aide à définir leur personnalité et leur identité.
Les poupées, les voitures, les cartes, les crayons et les autocollants sont souvent collectionnés par les jeunes enfants, tandis que les adolescents ont tendance à se procurer de la musique, des vêtements et des appareils électroniques.
Bien que les jeunes qui se livrent à une accumulation compulsive et les jeunes qui ne le font pas aient des intérêts semblables, les enfants qui présentent un trouble d’accumulation compulsive se distinguent par leur intérêt extrêmement marqué à l’égard des objets (y compris le fait d’en parler de manière excessive et la recherche constante de réconfort relativement aux objets), par une détresse importante à la perspective de se départir des objets et par le désordre qui résulte de l’accumulation de ces objets.
Comme les adultes, les jeunes qui accumulent de manière compulsive n’ont souvent pas conscience du fait que leurs comportements sont problématiques ou inhabituels.
Cependant, comme les enfants vivent avec d’autres personnes, les parents et les tuteurs jouent un rôle important dans le contrôle de la quantité d’objets accumulés.
Bien souvent, les parents restreignent les achats des jeunes, fixent des limites quant à ce qui est permis dans la chambre à coucher, retirent des objets de la maison lorsque les jeunes sont à l’école ou lorsqu’ils dorment et évitent d’amener les enfants dans des lieux associés à l’acquisition d’objets (p. ex. certains magasins).
Toutefois, à mesure que les enfants vieillissent, le besoin irrépressible d’acquérir des objets s’intensifie et les familles ont souvent du mal à fixer des limites et à les faire respecter.
Sans surprise, il arrive que les parents et les tuteurs répondent ou cèdent aux demandes incessantes de leur enfant pour éviter une crise en public ou acheter la paix et bénéficier d’un peu de tranquillité.
Malheureusement, ces « victoires » intermittentes pour l’enfant ne font que renforcer ses comportements d’accumulation compulsive.
En outre, à mesure que les enfants vieillissent, leur capacité à acquérir davantage d’objets augmente en même temps que leur revenu disponible et leur indépendance s’accroissent.
Au fil du temps, les jeunes atteints d’un trouble d’accumulation compulsive peuvent être rejetés par leurs pairs et vivre un isolement social. En effet, l’accumulation compulsive peut être jugée « bizarre » par les autres et, à mesure qu’elle devient un passe-temps, empêcher les jeunes de s’adonner à d’autres activités normatives, telles que des activités sociales, des projets scolaires et des occupations professionnelles.

Sources :

  1. Rasmussen et Eisen (1992); Samuels et collab. (2002)
  2. Frost, Steketee et Tolin (2011)

Mon plan contre l’anxiété (MPA)

MPA est conçu pour fournir aux enfants et aux adolescents atteints d’anxiété des stratégies et des outils pratiques pour gérer l’anxiété.
Pour en savoir plus, visitez notre site Web Mon plan contre l’anxiété.

Trouble d’accumulation compulsive
Le trouble d’accumulation compulsive est un nouveau trouble qui a été ajouté dans la plus récente édition du manuel diagnostique des cliniciens (Manuel diagnostique et statistique des ...

En savoir plus sur cette histoire