Contenu principal

Trouble obsessionnel-compulsif

Les personnes atteintes d’un trouble obsessionnel-compulsif (TOC) vivent avec des obsessions, des compulsions ou les deux.

  • Les obsessions sont des pensées, des images ou des pulsions indésirables et dérangeantes qui surgissent à l’esprit et provoquent beaucoup d’anxiété et de détresse.
  • Les compulsions sont des comportements délibérés (p. ex. laver, vérifier, organiser) ou des actes mentaux (p. ex. prier, compter, répéter des formules) qui ont pour but de réduire l’anxiété causée par les obsessions.

Comment les « obsessions » se manifestent-elles?

Il existe de nombreux types d’obsessions, et une bonne partie des personnes qui présentent un TOC ont plus d’un type d’obsessions. Voici des exemples d’obsessions courantes :

Peur de la contamination

Cette obsession comprend une peur d’entrer en contact avec des bactéries, de tomber malade ou de rendre d’autres personnes malades en touchant à des objets « sales » ou « contaminés », à des substances collantes ou à des produits chimiques. Par exemple, la personne peut se dire « Je vais être contaminée par des bactéries si je ramasse ce stylo sur le plancher » ou « Je risque d’être victime d’une intoxication au plomb si j’entre en contact avec de la peinture. »

Pensées de doute

Cette obsession prend la forme d’un doute constant quant à la possibilité d’avoir fait quelque chose de mal ou d’avoir commis une erreur. Par exemple, la personne peut se dire « Ai-je éteint la cuisinière? », « Je pense qu’il y a une faute d’orthographe dans le courriel que je viens d’envoyer », « Je pense que j’ai jeté quelque chose d’important » ou « Peut-être que je n’ai pas répondu à cette question de façon assez claire et précise. »

Peur de se faire du mal ou de faire du mal aux autres accidentellement

Les adultes qui ont ces obsessions ont peur de se faire du mal ou de faire du mal à quelqu’un en faisant preuve de négligence. Par exemple, ils peuvent se dire « Si je ne m’assure pas que la porte est verrouillée la nuit, quelqu’un pourrait s’introduire dans l’appartement, voler mes choses et me tuer » ou « Si j’omets de retirer mes vêtements de travail et de les laver avec du javellisant dès mon arrivée, je risque d’introduire des bactéries dans la maison et de rendre toute ma famille malade. »

Besoin de symétrie ou d’exactitude

Les adultes qui ont cette obsession ont besoin que des objets soient disposés dans un certain ordre ou dans une certaine position, ou que des tâches ou des événements se déroulent d’une façon précise. Par exemple, ils peuvent se dire « Je dois organiser mes vêtements par couleur et faire en sorte qu’ils soient tous orientés dans la même direction, sinon, ça ne va pas! » ou « Je viens de me gratter deux fois le bras droit. Je dois maintenant me gratter deux fois le bras gauche pour équilibrer les choses. »

Obsessions répugnantes

Répugnant signifie dégoûtant. Ces types d’obsessions comprennent les pensées, les images et les pulsions indésirables liées à la perspective de faire quelque chose d’horrible à un être aimé (p. ex. jeter son bébé d’un balcon, donner un coup de pied à sa grand-mère, sauter d’un pont), aux obsessions sexuelles (p. ex. s’imaginer en train de faire des attouchements sexuels à une personne contre son gré, s’imaginer en train d’agresser sexuellement son bébé, avoir des doutes quant à sa sexualité) et aux obsessions qui vont à l’encontre des croyances religieuses (p. ex. s’imaginer en train de blasphémer dans un temple ou une église, s’imaginer en train d’avoir une relation sexuelle avec un prêtre). Les obsessions répugnantes peuvent également prendre la forme de doutes, par exemple « Ai-je renversé quelqu’un avec ma voiture sans m’en rendre compte? », « Ai-je ressenti une excitation sexuelle en donnant le bain à mon bébé? » ou « Ai-je commis un péché et oublié de me repentir? ».

Ces types d’obsessions sont particulièrement indésirables et les personnes qui composent avec celles-ci ne voudraient jamais les voir se concrétiser. Le fait d’avoir de telles obsessions ne signifie PAS que vous êtes fou, dangereux ou méchant.

Comment les « compulsions » se manifestent-elles?

Il s’agit de comportements adoptés dans le but d’empêcher un événement négatif de se produire. Cependant, il arrive bien souvent que les vérifications répétées amènent les gens à être encore moins certains d’avoir réussi à empêcher l’événement négatif en question de se produire. En voici quelques exemples :

Compulsions de lavage ou de nettoyage

Cette catégorie de compulsion comprend les comportements de lavage et de nettoyage excessifs. Par exemple, il se peut que vous vous laviez les mains de façon excessive, que vous ayez des rituels ou des règles complexes pour le nettoyage de la salle de bain ou de la cuisine, ou que vous ayez des rituels de soins, de brossage de dents ou de douche. Les rituels peuvent comporter un ordre précis devant être suivi (p. ex. laver une partie précise de son corps en premier ou brosser ses dents dans un ordre particulier).

Compulsions de vérification

Cette catégorie comprend les comportements qui ont pour but d’assurer que quelque chose a été fait correctement, que tout le monde est en sécurité ou qu’aucune erreur n’a été commise. Par exemple, il se peut que vous vérifiiez à répétition que les portes sont verrouillées, que la cuisinière est éteinte ou que les appareils électriques sont débranchés. Certaines personnes procèdent aussi à des vérifications pour s’assurer que tout le monde va bien et que personne n’est blessé (p. ex. appeler souvent les membres de sa famille pour « vérifier » qu’ils sont en sécurité). Certaines vérifications visent aussi à assurer qu’aucune erreur n’a été commise (p. ex. lire ses courriels à maintes reprises pour « vérifier » qu’ils ne contiennent pas d’erreurs d’orthographe ou de grammaire, ou inspecter visuellement son environnement pour s’assurer que rien d’important n’a été oublié).

Compulsions d’ordre ou d’organisation

Cette catégorie de compulsion pousse la personne à disposer des objets d’une façon précise, notamment des vêtements, des livres ou des chaussures. Par exemple, vous pourriez organiser tous les vêtements du placard de façon à ce qu’ils soient classés par couleur et que tous les cintres soient orientés dans la même direction. Les adultes qui ont cette compulsion réorganisent souvent les choses jusqu’à ce qu’ils sentent que « ça va ». Certaines personnes adoptent ce comportement pour empêcher que des événements négatifs se produisent. Par exemple, elles peuvent se dire : « Si je n’organise pas tous les livres et magazines de la maison de façon à ce qu’ils soient orientés vers l’est, un membre de ma famille risque de mourir. »

Rituels mentaux

Il s’agit de compulsions que vous exécutez dans votre tête. Par exemple, vous pourriez réciter mentalement une prière chaque fois que vous pensez à un événement négatif susceptible de se produire, ou encore remplacer chaque « mauvaise » pensée (p. ex. votre mère qui meurt) par une « bonne » pensée (p. ex. votre mère qui sourit et est en santé).

Besoin de poser des questions ou de se confesser

Certains adultes atteints d’un TOC ont peur d’avoir fait quelque chose de « mal » ou d’avoir eu une « mauvaise » pensée et ressentent donc un fort besoin de confesser toutes leurs pensées à des amis ou à des membres de leur famille (p. ex. dire à un proche : « Je viens de m’imaginer en train de pousser quelqu’un dans la rue. ») La plupart des gens qui ressentent le besoin de se confesser cherchent aussi à se faire constamment rassurer (p. ex. demander à un proche : « M’aimes-tu encore même si j’ai eu une mauvaise pensée? »)

Accumulation compulsive

Certains adultes présentant un TOC ont beaucoup de difficulté à se départir de choses qui semblent être inutiles ou avoir peu de valeur aux yeux des autres. L’accumulation compulsive peut causer un désordre excessif dans la maison et nuire aux activités quotidiennes. Par exemple, certaines personnes sont incapables de se départir de reçus de caisse, de documents financiers ou de vieux journaux.

* Astuce : Les symptômes du TOC peuvent évoluer au fil du temps. Par exemple, vous pourriez commencer par vous laver les mains de manière compulsive, puis développer des comportements de vérifications excessives et cesser de vous laver les mains compulsivement.

Comme savoir si je suis atteint d’un TOC?

Il arrive à tout le monde d’avoir des pensées troublantes ou illogiques de temps à autre. C’est normal. Le simple fait d’avoir une pensée désagréable ne signifie pas que vous avez des obsessions. De même, il n’est pas inhabituel de répéter certains gestes, par exemple vérifier deux fois si une porte est bien verrouillée. Ces comportements ne constituent pas nécessairement des compulsions.

Quand est-ce que cela devient une obsession?

  • Les obsessions surviennent fréquemment, même lorsque vous essayez très fort de les éviter. Les personnes atteintes d’un TOC disent souvent que leurs obsessions sont indésirables, intrusives et incontrôlables.
  • Les obsessions demandent beaucoup de temps. Les personnes qui présentent un TOC passent au moins une heure par jour à penser à leurs obsessions.
  • Les obsessions causent beaucoup d’anxiété ou de détresse et nuisent aux activités quotidiennes.
  • Les obsessions mènent souvent à des compulsions. Les gens qui ont des pensées indésirables ordinaires n’adoptent pas de comportements compulsifs ou ritualistes pour « réparer » ou « annuler » une obsession.

Quand est-ce que cela devient une compulsion?

  • Les compulsions sont liées aux obsessions. Par exemple, une personne qui a des obsessions liées au fait d’être contaminée par des bactéries se lavera les mains compulsivement pour atténuer sa peur d’être contaminée après avoir touché à quelque chose de « sale ».
  • Les compulsions sont répétitives. Il s’agit souvent de gestes effectués à répétition d’une manière excessive et très précise (p. ex. se laver minutieusement chaque doigt, à l’eau chaude seulement). Si une compulsion n’est pas réalisée « correctement » ou si elle est interrompue, elle peut devoir être exécutée de nouveau à partir du début. Une fois n’est jamais assez.
  • Les compulsions demandent aussi beaucoup de temps. Les personnes qui présentent un TOC consacrent souvent au moins une heure par jour à leurs compulsions.
  • Les compulsions sont délibérées. Bien que les personnes qui présentent un TOC décrivent leurs obsessions comme étant des pensées indésirables qui surgissent à leur esprit, les compulsions sont exécutées de façon délibérée, puisqu’elles réduisent l’anxiété à court terme. Les obsessions causent l’anxiété tandis que les compulsions la réduisent. Par exemple, si vous avez une obsession liée au fait d’être contaminé par des bactéries, vous vous sentirez probablement anxieux. Si vous commencez à vous laver les mains de manière compulsive, votre anxiété diminuera probablement.
  • Les compulsions causent beaucoup d’anxiété à long terme. Bien que les personnes atteintes d’un TOC se livrent à des compulsions dans le but de « gérer » leurs obsessions, elles finissent souvent par devenir « esclaves » de leurs compulsions. Autrement dit, elles doivent exécuter leurs compulsions si souvent qu’elles ont l’impression de ne pas les contrôler.

En résumé, vous avez un TOC si :

  1. vous passez beaucoup de temps à penser à (ou à éviter) vos obsessions ou à vous livrer à vos compulsions;
  2. vous vous sentez assez anxieux ou nerveux la plupart du temps;
  3. cela nuit grandement à vos activités quotidiennes. Par exemple, votre TOC peut faire en sorte que la réalisation de tâches mineures vous prenne des heures (p. ex. écrire un simple courriel) ou vous empêcher de passer du temps avec votre famille et vos amis, de respecter vos échéances professionnelles ou même de sortir de la maison.

Autres comportements que les adultes atteints d’un TOC adoptent au quotidien

  • Évitement. Les adultes qui ont un TOC consacrent souvent beaucoup de temps et d’efforts à tenter d’éviter tout ce qui pourrait déclencher leurs symptômes. Par exemple, si vous avez peur d’être contaminé, il se peut que vous évitiez de serrer la main des gens. Si vous avez peur de faire du mal aux autres, vous éviterez peut-être de manipuler des objets tranchants (p. ex. couteaux, ciseaux). Il arrive que le comportement d’évitement soit poussé à l’extrême et qu’il empêche la personne de terminer des tâches ou de sortir de chez elle.
  • Distraction. Les personnes atteintes d’un TOC essaient souvent de détourner leur attention de leurs obsessions en faisant autre chose ou en s’occupant l’esprit.
  • Inclusion de la famille dans les rituels. Certains adultes souffrant d’un TOC deviennent si désemparés et anxieux à propos de leurs obsessions qu’ils demandent à leurs amis et aux membres de leur famille de se livrer à certaines compulsions ou de respecter certaines « règles ». Par exemple, une personne pourrait demander aux membres de sa famille de retirer leurs vêtements « sales » dès leur arrivée à la maison, ou leur interdire d’utiliser certains mots.

Mon plan contre l’anxiété (MPA)

MPA est conçu pour fournir aux adultes atteints d’anxiété des stratégies et des outils pratiques pour gérer l’anxiété. Pour en savoir plus, visitez notre site Web Mon plan contre l’anxiété.

Trouble obsessionnel-compulsif
Les personnes atteintes d’un trouble obsessionnel-compulsif (TOC) vivent avec des obsessions, des compulsions ou les deux. Les obsessions sont ...

En savoir plus sur cette histoire

Trouble obsessionnel-compulsif
Les personnes atteintes d’un trouble obsessionnel-compulsif (TOC) vivent avec des obsessions, des compulsions ou les deux. Les obsessions sont ...

En savoir plus sur cette histoire

Trouble obsessionnel-compulsif
Les personnes atteintes d’un trouble obsessionnel-compulsif (TOC) vivent avec des obsessions, des compulsions ou les deux. Les obsessions sont ...

En savoir plus sur cette histoire