L’anxiété chez les jeunes

L’anxiété est la réaction naturelle de notre organisme à un danger perçu ou à des événements importants. L’anxiété est comme un système d’alarme interne. Elle nous met en garde contre le danger et aide notre corps à se préparer à y réagir. Par exemple, elle vous permet de bondir hors de la trajectoire d’une voiture qui fonce sur vous à toute allure. Elle nous permet également de savoir s’il se passe quelque chose d’important et nous aide à donner le meilleur de nous-mêmes. Par exemple, l’anxiété peut vous inciter à apporter un manuel scolaire à la maison pour étudier en vue d’un examen final ou à répéter un exposé oral. Tout le monde ressent de l’anxiété de temps à autre.

L’anxiété déclenche le mécanisme « combat, fuite ou paralysie ». Cette réaction automatique affecte nos pensées, notre organisme et nos comportements. Face à une menace, vos pensées se concentrent sur le danger, votre corps se prépare à vous protéger et vous agissez (combat, fuite ou paralysie). Par exemple, imaginez que vous soyez en train de promener votre chien et qu’une moufette sorte des buissons. Vous avez des pensées comme « Et si elle nous arrosait? », lesquelles vous aident à cerner le danger potentiel. Votre corps réagit également (votre cœur se met à battre plus vite, vos muscles se contractent) pour que vous puissiez vous préparer à vous protéger. Puis, vous agissez, notamment en restant très calme et en espérant que la moufette ne vous remarque pas (paralysie) ou en vous sauvant (fuite). Comme vous pouvez le constater, l’anxiété vous protège. En fait, sans elle, l’espèce humaine serait éteinte!

Le système « combat, fuite ou paralysie » est crucial pour assurer notre survie en cas de menace ou de danger réels. Mais que se passe-t-il lorsqu’il n’y a pas de vrai danger? Il est intéressant de savoir que l’anxiété peut aussi déclencher ce système lorsque nous croyons être en présence d’une menace ou d’un danger, même si ce n’est pas le cas. Par exemple, un jeune pourrait crier après sa mère si celle-ci insiste pour qu’il passe son examen de conduite alors qu’il ne se sent pas prêt (combat). Il pourrait aussi appeler son père pour qu’il vienne le chercher plus tôt à une nouvelle activité parce qu’il ne se sent pas à l’aise entouré d’inconnus (fuite). Enfin, il pourrait avoir l’impression d’avoir oublié tout ce qu’il a appris lorsque son professeur lui pose une question (paralysie). Ces trois exemples illustrent la façon dont l’anxiété peut déclencher le système « combat, fuite ou paralysie » dans des situations qui ne sont pas réellement dangereuses. C’est ce que nous appelons une « fausse alerte ».

Bien que l’anxiété nous protège lorsque nous nous trouvons face à un danger réel, elle peut devenir problématique lorsqu’elle…

  • se manifeste en l’absence de danger réel ou immédiat (p. ex. lorsqu’un détecteur de fumée se déclenche alors que vous êtes seulement en train de préparer des rôties)
  • se manifeste souvent
  • est très intense
  • est perturbante et cause de la détresse
  • vous empêche de faire des choses amusantes et importantes (p. ex. aller aux soirées dansantes ou aux fêtes de l’école, vous faire des amis ou sortir avec quelqu’un, faire vos devoirs ou encore obtenir un emploi ou votre permis de conduire)

Si vous pensez avoir un problème d’anxiété, répondez au questionnaire ci-dessous. Il est aussi important de demander de l’aide. Parlez-en à un adulte de confiance (p. ex. vos parents, des membres de la famille) ou à votre médecin de famille. Ou bien, obtenez le soutien d’un professionnel de la santé mentale (comme votre conseiller scolaire, un psychologue ou un psychiatre).

Consultez l’application MindShift© TCC pour obtenir plus d’informations et d’outils.

Combat, fuite ou paralysie – L’anxiété expliquée aux adolescents