Femme faisant une pose de yoga

Lorsque nous sommes anxieux, nous voulons généralement faire quelque chose, QUELQUE CHOSE pour nous sentir mieux, même si ce n'est que temporairement. Il y a habituellement deux façons courantes d'essayer de réduire notre anxiété :

1) Recherche d'un "remède" temporaire contre l'anxiété

Ce sont les choses que vous faites pour vous sentir mieux, temporairement. Par exemple :

  • demander à vos amis et à votre famille de vous rassurer régulièrement sur le fait que votre bébé se développe normalement.
  • la tenue d'un journal des tétées et des couches pendant des mois, bien après que la croissance de votre bébé ait pu susciter des inquiétudes.
  • se lever plusieurs fois la nuit pour vérifier que le bébé respire toujours.
  • emmener le bébé au service de santé pour des pesées supplémentaires, même après vous être assuré qu'il prend du poids de manière appropriée.

Salima, mère d'un petit garçon de trois mois, lit et relit des livres sur les bébés pour essayer de trouver une sorte de réponse magique à sa détresse et à son inquiétude. Elle ne peut s'empêcher de demander à tous ceux qu'elle connaît - amis et professionnels - des conseils et du réconfort, mais rien ne semble la réconforter longtemps.

Jennifer, mère d'une petite fille de 8 mois, vérifie l'état de son bébé jusqu'à 10 fois par nuit. Elle a des pensées intrusives récurrentes l'incitant à poignarder le bébé, aussi a-t-elle un rituel élaboré consistant à cacher les couteaux de cuisine chaque nuit.

2) L'évitement

Ce sont les choses que vous ne faites pas pour éviter de vous sentir anxieux, par exemple :

  • ne pas laisser votre bébé à votre sœur, elle-même mère expérimentée, pendant deux heures pour que vous puissiez aller chez le coiffeur
  • ne pas emmener le bébé faire des courses tout seul
  • essayer de réduire l'exposition du bébé à des éléments de la vie quotidienne tels que l'Internet sans fil
  • refuser de laisser quelqu'un d'autre faire la lessive ou la vaisselle, au cas où il ne les ferait pas correctement.

Salima évite autant que possible de sortir, même pour faire les courses. Elle se sent incapable d'emmener le bébé en excursion, au cas où il se mettrait à pleurer et qu'elle ne pourrait pas le gérer.

Jennifer, qui a peur de faire du mal à son bébé, même si bien sûr elle ne le veut pas, évite d'être seule à la maison avec sa fille, notamment de lui donner un bain.

Ellen, qui a subi une césarienne d'urgence pour son deuxième enfant, évite de regarder des émissions de télévision sur la naissance et les nouvelles mères. Elle a également caché tous les souvenirs de l'hôpital où son bébé est né, comme les photos prises à l'hôpital et les bracelets du bébé.

Quels sont les COÛTS des solutions rapides et de l'évitement ?

Comme ces stratégies peuvent nous faire sentir mieux à court terme, nous sommes bien sûr tentés de les utiliser de manière répétée. Mais il y a un coût caché : plus nous utilisons ces stratégies, plus notre anxiété risque de rester et même de croître avec le temps. Nous pouvons donc obtenir un petit soulagement à court terme, MAIS nous nous achetons beaucoup plus d'anxiété à l'avenir. L'évitement et les solutions rapides peuvent également coûter beaucoup de temps et d'énergie ; cela peut commencer à ressembler à un travail à temps partiel. Pour couronner le tout, le recours à ces stratégies peut souvent nous faire passer à côté d'expériences et de plaisirs de la vie.

Alors, si les solutions rapides et l'évitement ne fonctionnent pas, que pouvez-vous faire ? Le reste de cette section vous donnera des idées de stratégies qui se sont avérées efficaces pour réduire l'anxiété à long terme.