Journal de bord

Je n'arrive vraiment pas à trouver le temps de faire un journal de bord.

La vie peut être incroyablement trépidante et il peut sembler impossible d'ajouter une chose supplémentaire à faire. L'idée de tenir un journal des pensées est de s'entraîner à prêter attention à ce que vous vous dites et à remarquer comment ce discours intérieur vous affecte. Il peut être utile d'utiliser un petit carnet ou votre téléphone pour noter rapidement quelques notes peu après un événement bouleversant, puis d'y réfléchir plus tard, lorsque vous aurez plus de temps. En outre, même si l'écriture peut rendre cette tâche plus efficace, le simple fait d'accroître votre conscience mentale est également très utile. Faites-en une priorité et faites le point avec vous-même plusieurs fois par jour. Par exemple, lorsque vous marchez, faites la vaisselle ou la lessive, prenez le temps de remarquer vos pensées et d'y réfléchir. Ces brefs moments peuvent faire une grande différence.

J'ai du mal à identifier mes pensées.

Il peut être difficile de saisir nos pensées, car elles peuvent surgir à une vitesse fulgurante. Très souvent, nous ressentons l'impact de nos pensées avant même de nous en apercevoir ! Si vous avez du mal à repérer exactement ce que vous vous dites, c'est très fréquent. Comme pour toute autre compétence, vous pouvez vous améliorer avec de l'entraînement. Essayez ces stratégies :

Soyez un détective. Lorsque vous commencez à vous sentir anxieux ou physiquement mal à l'aise (par exemple, votre cœur s'emballe, votre estomac se serre ou vos muscles se contractent), posez-vous la question :

  • Qu'est-ce que j'ai imaginé ou que je me suis dit à l'instant ?
  • Qu'est-ce qui me préoccupe ?
  • Quelle mauvaise chose suis-je en train de prédire ?

Séparer les pensées des sentiments. Nous pouvons nous dire ce genre de choses à nous-mêmes :

  • Je me sens stupide.
  • J'ai l'impression que je vais gâcher mon bébé.
  • J'ai l'impression que quelque chose va mal se passer lors de l'accouchement.

Malgré le mot "sentiment", il s'agit en fait d'exemples de pensées plutôt que de sentiments. Les sentiments sont des émotions et peuvent être décrits en un seul mot, comme la peur, le bonheur, la colère, le dégoût, la surprise, la tristesse et la joie.

Remarquez les différentes formes de pensées. Les images sont aussi puissantes que les mots pour influencer nos sentiments et nos comportements.

Si vous êtes bloqué ou incertain, essayez de deviner. Il n'y a pas de mal à deviner. Cela peut même vous donner des indices sur ce que vous vous dites ou imaginez. Demandez-vous ce qu'une autre mère se dirait ou imaginerait si elle réagissait de la même façon.

Si vous avez essayé ces stratégies et que vous n'arrivez toujours pas à comprendre vos pensées, ce n'est pas grave. Prêtez attention à ce que vous faites. Comme vous pouvez le voir dans le diagramme de l'empreinte de l'anxiété, les pensées, les sentiments et les comportements sont tous liés.

L'anxiété génère des comportements inutiles qui entretiennent l'anxiété. Chercher à être rassuré à plusieurs reprises par votre partenaire peut vous soulager sur le moment, mais à long terme, cela peut en fait aggraver l'anxiété et vous maintenir dans un état de détresse et d'épuisement. Apprendre à identifier et à modifier ces comportements peut s'avérer encore plus efficace que de changer votre façon de penser. Pour en savoir plus sur les comportements anxieux et sur la manière de les modifier, lisez le livre Faire face à ses peurs.