Par Jane Beatty

J'ai 23 ans et j'ai récemment obtenu mon diplôme de premier cycle. À peine sortie de l'école, j'ai entamé la transition vers une nouvelle vie et une nouvelle carrière. En tant que personne souffrant d'anxiété, j'ai trouvé ce processus extrêmement difficile.

"Je suis passée d'un regard neuf sur ma nouvelle vie à la panique.

Après avoir terminé mes études, j'ai quitté mon école, mon groupe d'amis et la vie à laquelle je m'étais habituée au cours des quatre dernières années à Kelowna, et j'ai fait la transition entre la vie en colocation et le retour chez mes parents à Vancouver. J'ai commencé ma recherche d'emploi avec une attitude positive, mais il n'a fallu qu'un mois pour que tout bascule. Je suis passée d'un regard neuf sur ma nouvelle vie à la panique, car je me suis rendu compte que cela n'allait pas être aussi facile que je le pensais. J'ai postulé à de nombreux emplois, mais malheureusement, les demandes d'entretien n'affluaient pas.

La structure et la vie sociale que je connaissais si bien ont disparu, ces deux éléments m'ont été complètement enlevés et remplacés par la peur de l'inconnu. Je ne sortais pas de chez moi, j'étais constamment triste et je pensais que j'étais un désastre. Je ne voulais même pas parler à ma famille parce qu'elle me demandait toujours comment se passait ma recherche d'emploi, et même si elle n'avait pas de mauvaises intentions, cela me faisait toujours perdre confiance en moi. Des pensées négatives me traversaient l'esprit et me convainquaient que j'étais un raté parce que je n'avais pas encore de travail.

"Je pensais que j'étais le seul à avoir des difficultés. J'avais tort".

Pendant cette période, j'ai pensé que l'anxiété que je ressentais n'était pas le processus naturel d'un nouveau diplômé. Dans ma tête, je croyais que les autres nouveaux diplômés avaient une vie bien remplie et profitaient de leur nouvelle carrière, et que j'étais la seule à avoir des difficultés. Je me trompais.

Un an et demi s'est écoulé depuis la période que j'ai évoquée plus haut, et les choses vont beaucoup mieux aujourd'hui. Grâce à un conseiller extraordinaire, à des stratégies de TCC autoguidées et au soutien de mes amis, j'ai une vision plus positive des choses. Si vous êtes un jeune diplômé et que vous vous reconnaissez dans mon histoire, voici les quatre choses que j'ai faites pour m'aider à gérer mon anxiété postuniversitaire.

1. Parler à un ami

Parler à un ami des pensées négatives dont j'avais honte m'a aidé à remettre les choses en perspective. Quelle que soit la situation que je traverse, je trouve que le fait d'en parler m'aide beaucoup. Je choisis une personne que j'aime et en qui j'ai confiance, et je lui parle des pensées que j'ai honte d'avoir afin d'avoir un autre point de vue sur la situation. La rumination (le fait d'être obsédé de manière répétitive par une pensée ou un problème sans y parvenir) est un thème que j'ai connu avec l'anxiété, à un degré frustrant. J'ai maintenant appris qu'une action est nécessaire pour mettre fin à la rumination. Par exemple, si j'ai des pensées telles que "je suis nul" ou "je ne suis pas à la hauteur", qui tournent dans ma tête toute la journée, j'en parle à mon meilleur ami, et je trouve que le simple fait d'en parler à quelqu'un modifie le processus de rumination et met un terme à son cycle. Le simple fait d'être soutenue et de pouvoir parler à ma meilleure amie m'a aidée et m'aide encore beaucoup.

 2. Exercice

Oui, l'exercice physique est utile. Lorsque je lisais des articles sur la santé mentale en ligne, je m'indignais de chaque ressource qui conseillait aux gens de faire de l'exercice. Honnêtement, une partie de moi s'en veut en ce moment même, mais je vais à la salle de sport trois fois par semaine et je me sens tellement mieux dans ma peau. Lorsque je suis à la salle de sport, j'éprouve parfois de l'anxiété sociale et je trouve qu'il est vraiment difficile d'aller à la salle de sport parce que je pense automatiquement à "Tout le monde te regarde" et "Tu as l'air stupide". Ces pensées rendent l'entraînement encore plus difficile, mais je vais quand même à la salle de sport, sachant que je me sens toujours mieux après y être allée. L'entraînement aide également à gérer l'anxiété, comme nous le savons tous.

3. Prendre du temps pour soi

Il est parfois facile de s'absorber dans tout ce qui se passe autour de nous, au point d'oublier de prendre du temps pour soi. En ce qui me concerne, mon temps libre consiste à regarder un peu Netflix, car je trouve que les comédies de stand-up sont thérapeutiques. En fait, je viens tout juste de découvrir mon nouvel amour pour la comédie stand-up. Je trouve que regarder des choses qui me font rire me permet de me rapprocher de l'espèce humaine. Amy Schumer, Louis C.K., Aziz Ansari, Russell Peters, Kevin Hart, Dave Chappelle, Neal Brennan, Bill Burr, Ali Wong, Trevor Noah, Katherine Ryan, Jen Kirkman et Jo Koy - pour n'en citer que quelques-uns - me permettent de me rappeler que je suis humaine, parce qu'au milieu de mon anxiété, je peux l'oublier.

 4. Me libérer de l'emprise

La décision de NE PAS être aussi dure avec moi-même et de me permettre de faire des crises de panique de temps en temps a été un tournant décisif pour moi. Je dis cela parce qu'à l'époque de mes crises de larmes à la maison, alors que j'essayais de savoir ce que j'allais faire de ma vie, j'étais vraiment dure avec moi-même parce que j'étais inquiète et effrayée. Aujourd'hui, avec le recul, je pense que j'avais tout à fait le droit de me sentir ainsi. Avant, j'avais honte d'être anxieuse. Je pensais que je devais être heureuse tout le temps et ne jamais m'inquiéter de quoi que ce soit. Je pensais que tous les autres, en particulier sur Facebook, vivaient une vie extraordinaire. Le fait de m'ouvrir, ce qui s'est fait naturellement avec le temps, m'a permis de réaliser qu'il n'y a rien de mal à ne pas aller bien .

À mes collègues diplômés, vous n'êtes pas seuls dans la transition que vous êtes en train de vivre !

Si vous ou une personne que vous connaissez êtes aux prises avec l'anxiété, Anxiété Canada a des ressources pour vous aider - https://anxietycanada.com/adults/introduction.