Libellule prise dans une toile d'araignée

Bien sûr, nous nous sentons bouleversés lorsque des événements réels et bouleversants se produisent, comme lorsqu'un être cher est malade. Cependant, il arrive que nous nous enfermions dans un schéma de contrariété ou d'anxiété même lorsque la situation ne justifie pas une telle réaction. Par exemple, nous nous sentons tout aussi prudents et nerveux lorsque notre proche se sent mieux, parce qu'il pourrait retomber malade. Il n'y a pas de soulagement !

Vous trouverez ci-dessous quelques styles de pensée peu utiles qui maintiennent les gens "piégés" dans la détresse. Nous les appelons les "pièges de la pensée".

Il est courant de tomber dans ces pièges de temps en temps, pendant de brèves périodes. Mais si vous souffrez d'une anxiété problématique, vous risquez de tomber fréquemment dans ces pièges et de vous y enliser.

Connaître les pièges de la pensée vous permet de savoir rapidement quand vous ne devez pas vous fier à ce que vous pensez. Il nous arrive à tous de le faire, et le fait de savoir quand nous y avons recours est une étape importante pour nous libérer de leur emprise. Voici quelques types de pièges à penser très courants :


Le piège : Tirer des conclusions hâtives
Nous prédisons ce qui va se passer, avec peu ou pas de preuves. Cela peut aller jusqu'à penser que l'on sait ce que pensent les autres (lecture de l'esprit), sans aucune preuve.

Exemple : Si j'ai de la chance, je finirai par avoir un bébé capricieux et souffrant de coliques.


Piège : le pire des scénarios
Nous exagérons la gravité de la situation et notre incapacité à y faire face.

Exemple : le cabinet du médecin vient de m'appeler et me demande de le rappeler : Le cabinet du médecin vient de m'appeler et me demande de le rappeler. Il doit y avoir quelque chose de terriblement mauvais avec les résultats des tests de dépistage et le bébé. Je ne pourrai pas le supporter si quelque chose ne va pas avec le bébé.


Piège : Tout est de ma faute
Nous assumons trop de responsabilités et pensons que si nous avons une influence sur un résultat négatif, nous sommes responsables de l'empêcher.

Exemple : Je suis entièrement responsable de la santé de mon bébé. Si quelque chose ne va pas pendant la grossesse, ce sera de ma faute.


Piège : critique sévère
Nous nous imposons à nous-mêmes ou aux autres des règles ou des étiquettes sévères sur la façon dont nous DEVONS nous comporter et/ou nous sentir.

Exemple : Je suis une femme ingrate parce que je n'ai pas profité de ma grossesse autant que je l'aurais dû.


Piège : la pensée en noir et blanc
Nous pensons en termes extrêmes (ou tout ou rien) et considérons les choses soit comme parfaites, soit comme un désastre ou un échec complet.

Exemple : le bébé n'est pas encore né et nous nous disputons déjà : Le bébé n'est pas encore là et nous nous disputons déjà à son sujet. Une fois que le bébé sera arrivé, nous nous disputerons tout le temps.


Le piège : Confondre les pensées avec la probabilité réelle
Nous pensons que le fait de penser à un événement ou à une action négative augmente en fait la probabilité qu'il se produise.

Exemple : Je dois cesser de penser que quelque chose pourrait mal se passer lors de l'accouchement, car je vais me porter la poisse et provoquer un événement négatif.


Le piège : Confondre pensées et actions
Nous pensons qu'avoir l'idée de faire quelque chose d'indésirable est la même chose que de le faire.

Exemple : Lorsque j'ai des pensées effrayantes à l'idée de m'engager dans la circulation, je crains de perdre le contrôle et de passer à l'acte. Pour me protéger, j'évite autant que possible de sortir et je ne sors qu'avec quelqu'un d'autre, afin de m'assurer que je ne passe pas à l'acte.


Le piège : si cela "semble" vrai, cela doit être vrai
Nous utilisons le raisonnement émotionnel - en utilisant nos sentiments comme preuve que nos pensées sont vraies, même s'il n'y a que peu ou pas de preuves concrètes pour les étayer.

Exemple : Je me sens très anxieux à l'idée de l'échographie à venir. C'est un signe. Je vais probablement découvrir que quelque chose ne va pas avec le bébé.